Histoire de l'Eglise copte - Egypte de F1ADC

Aller au contenu

Menu principal

Histoire de l'Eglise copte

 

(Source : Dossiers d’Archéologie N°226 – septembre 1997)

Les coptes, chrétiens d’Egypte de souche autochtone, tirent leur nom du grec AIGUPTIOS (égyptien).

Selon la tradition, Saint Marc a prêché à Alexandrie à partir de 43/48 et y est décédé martyr en 62 ou 68, victime du sectarisme des fidèles de Sérapis.

Le premier christianisme copte fut de culture grecque lorsque l’évêque Démétrius d’Alexandrie fonda vers 180 la première grande école chrétienne,
le Didascalée, où enseignaient des maitres prestigieux (Clément d’Alexandrie, Origène, Denys, Didyme l’aveugle…).
Ce christianisme eut fort à faire pour lutter contre l’influence des mouvements gnostiques.

A partir de 250, les coptes furent persécutés par l’empereur romain Dioclétien.
Cela leur laissa un tel souvenir que le début du rêgne de Dioclétien fut choisi comme année de départ (284 ap.JC) de leur ère spécifique,
dite « ère des martyrs ». C’est à cette époque que naquirent le mouvement érémitique puis le monachisme.

Après 312, la liberté religieuse fut accordée en Egypte. Puis en 391, le christianisme devînt religion d’Etat par l’édit de Théodose. La conversion massive du peuple égyptien s’accéléra. Vers 400, les chrétiens étaient majoritaires. Ils adoptèrent comme langue nationale le copte, héritier de l’égyptien pharaonique mais écrit en caractères grecs augmentés de 7 signes empruntés au démotique.

L’Eglise d’Alexandrie rayonna jusqu’en Ethiopie, qui adopta le christianisme à partir de 320.

L’Eglise copte fut impliquée dans la crise arienne du 4 ème siècle mais aussi dans les grands débats christologiques du 5 ème siècle : Cyrille d’Alexandrie fut l’instigateur du concile d’Ephèse en 431. Mais dans sa grande majorité, l’Eglise copte se heurta 20 ans plus tard au concile de Chalcédoine en 451. Ces discussions théologiques entrainèrent de la persécution contre les coptes par les empereurs byzantins, sans pour cela les affaiblir : le monachisme s’épanouit en Haute Egypte par Chenouté puis des missionnaires égyptiens évangélisèrent le Soudan à partir de 543.

Après 10 ans d’occupation perse (de 619 à 629), l’empire byzantin dut en 639 abandonner l’Egypte à la conquête musulmane. L’arabisation et l’islamisation du pays furent lentes : les chrétiens ne devinrent minoritaires qu’au 10 ème siècle et le copte fut maintenu comme langue vivante jusqu’au 13 ème siècle.

Bien que méconnue, la contribution des coptes à la littérature et à l’art arabe du Moyen Age fut capitale.

Les différents régimes musulmans qui se sont succédés (les Omeyyades, les Abbassides, les Fatimides, les Ayyoubides, les Mamelouks et les Ottomans)
ont persécuté cruellement et de façon sporadique les chrétiens d’Egypte, surtout en 829/830, en 1007/1012 et en 1319/1320.

Aujourd’hui, les coptes ne représentent plus que 10% de la population égyptienne.

Depuis la révolution de 1952, leur statut s’est dégradé.

 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu