Le conte de Sinouhé - Egypte de F1ADC

Aller au contenu

Menu principal

Le conte de Sinouhé

Les contes égyptiens ont été à plusieurs reprises traduits et réécrits par les égypotologues, au fur et à mesure des différentes découvertes :
G. Maspéro en 1882, puis A.H Gardiner, G.Farina, A. Ermann, G.Lefebvre etc…

Ceux-ci ont quelquefois été repris à l’attention de la jeunesse, comme l’a fait Marguerite Divin, enseignante, en 1933.
Les très belles illustrations de ce livre sont de Manon Lessel.
C'est celles que nous avons choisi de montrer ici.

(Clic dans les vignettes pour zoomer et lire les légendes   le chargement au 1er clic peut être un peu long...merci de patienter)

 
 
 

A l’inverse des grecs et des orientaux, les anciens égyptiens ne consideraient pas leurs contes comme de simples divertissements pour les enfants.
Ils avaient une place prépondérante dans la littérature. Les plus connus sont :

"L'histoire de Sinouhé" (Moyen Empire - 12ème dynastie)
"Le pâtre qui vit une déesse" (Moyen Empire - 12ème dynastie)
"Le conte du naufragé", ou "l'île du Serpent" (Moyen Empire - 12ème/13ème dynastie)
"le conte de l'Oasien", ou "les plaintes du paysan", ou "le paysan éloquent" (Moyen Empire - 12ème dynastie)
La série des contes du papyrus Westcar (Période Hyksos - 15ème dynastie)
"Le conte prophétique" (Nouvel Empire - 18ème dynastie)
"La légende du dieu de la mer" (Nouvel Empire - 18ème dynastie)
"Le prince prédestiné", ou "le prince ensorcelé" (Nouvel Empire - 19ème dynastie)
"La prise de Joppé" (Nouvel Empire - 19ème dynastie)
"La querelle d'Apopi et de Seqen-en-Rê" (Nouvel Empire - 19ème dynastie)
"Le conte des deux frères", ou le papyrus d'Orbiney (Nouvel Empire - 19ème dynastie)
"Vérité et mensonge" (Nouvel Empire - 19ème dynastie)
"Une histoire de revenants" (Nouvel Empire - 19ème/20ème dynastie)
"Les aventures d'Horus et Seth" (Nouvel Empire - 19ème dynastie)
"Les mésaventures d'Ounamon" (3ème Période Intermédiaire - 22ème dynastie)
"La princesse de Bakhtan" (Epoque Ptolémaïque ou Perse)

D’ailleurs ceux-ci ne sont pas tous des récits d’évènements fictifs ;
deux d’entre eux, l’histoire de Sinouhé et les mésaventures d’Ounamon sont des narrations plus ou moins arrangées de faits réels et historiques.
L’histoire de Sinouhé a été le plus populaire auprès des anciens égyptiens, depuis au moins le Moyen Empire jusqu’à la Basse Epoque.
De nombreux manuscrits sur papyrus ou ostraca la relatant ont été retrouvés.

Sinouhé n’est pas un être imaginaire. Il fut le héros de périples et d’aventures en Asie, au pays de Retenou,
qui frappèrent l’imagination de ses contemporains et qui furent aussitôt après sa mort arrangés au goût du public, qui l’admirait.

Le déclencheur est très probablement l’autobiographie que Sinouhé, comme tous les nobles égyptiens,
avait fait graver sur les parois de son tombeau, aujourd'hui disparu, pour assurer son éternité.

Les 2 principaux papyrus retrouvés contant l’histoire de Sinouhé sont :

1- le papyrus de Berlin 3022 de la 12ème dynastie, provenant de la collection Athanasi.
2- le papyrus de Berlin 10499 de la 13ème dynastie, provenant du Ramesseum.

Les papyrus secondaires sont :

1- Le papyrus AMHERST de la 12ème dynastie
2- le papyrus GOLENISCHEFF de la 19ème dynastie
3- le papyrus PETRIE de la 12ème dynastie
4- le papyrus de BUENOS AIRES de la 12ème/13ème dynastie.

Les fragments sur ostraca sont :

1- L’ostracon 25216 du musée du Caire de la 20ème dynastie
2- l’ostracon 5629 du British museum de la 20ème dynastie
3- les ostraca de Berlin 12341, 12379, 12623 et 12624 de la 19ème/20ème dynastie
4- l’ostracon BORCHARDT de la 19ème/20ème dynastie
5- les ostraca PETRIE 12, 58,59 et 66 de la 19ème/20ème dynastie
6- l’ostracon 1011 de l’I.F.A.O.

A ce jour, la plus belle reprise de l’histoire de Sinouhé est sans conteste celle en 1945 de Mika Waltari, écrivain finlandais,
dont l’œuvre a été un best-seller dans le monde entier. Celui-ci a transposé Sinouhé sous les règnes d’Amenhotep III et IV.
Ainsi, Sinouhé a traversé les millénaires.
Même le cinéma s’en est emparé en 1954 avec un film de Michael Curtiz…..

 
 
 
 


et même Isabelle, en baptisant notre cocker « SINOUHE » !

 
 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu