Les colosses de Memnon - Egypte de F1ADC

Aller au contenu

Menu principal

Les colosses de Memnon

Amenhotep III a fait construire à Thèbes-ouest son temple funéraire (temple des millions d'années) dont il ne reste hélas aujuourd'hui que les deux fameux colosses de Memnon.
Ce temple faisait partie alors d'un complexe plus vaste, comprenant la ville, le palais de Malgatta, un monument jubilaire et un lac de plaisance, le Birket-Abou.

La remontée des eaux, le tremblement de terre de l'an 27 av.JC ainsi que les ravages causés par les successeurs d'Amenhotep III (les Ramessides l'ont utilisé comme carrière)
sont vraisemblablement à l'origine de la disparition presque totale du temple funéraire.

Les deux Colosses que l'on peut voir aujourd'hui sont en quartzite et font plus de 15 m. de haut.

 
 

A l'époque grecque, une tradition avait voulu voir dans les deux Colosses la figure de Memnon, héros éthiopien de l'antiquité, tombé lors de la guerre de Troie,
et saluant au matin sa mère l'Aurore par une complainte. En effet, la secousse tellurique de 27 av.JC brisa, aux dires de Strabon, le Colosse du nord jusqu'à la ceinture.
La différence de température entre la nuit et le jour engendrait des craquelures qui, en se contractant ou en se dilatant, produisaient un son,
et c'est ainsi que les touristes de l'antiquité venaient entendre "chanter Memnon". A cette occasion beaucoup laissèrent leurs marques en gravant des inscriptions.
On en a recensé 107. Septime Sévère restaura la statue chantante... qui dès lors devint muette !

Place des inscriptions : sur le total des 107, 96 sont gravées sur les jambes et les pieds du Colosse (56 à gauche et 40 à droite).

Les épigrammes : sur le total des 107, 61 sont rédigées en grec, 45 en latin et 1 à la fois en grec et en latin. 39 sont des textes en vers. Beaucoup ne sont pas datés.

Les signataires : le Colosse a reçu surtout les signatures de militaires (décurions, centurions, préfets, etc). Durant tout le règne de l'empereur romain Hadrien, il semble que l'administration se soit efforcée de donner la preuve et l'exemple de la piété envers le Colosse miraculeux. On compte en effet beaucoup de signatures de hauts fonctionnaires
comme les épistratèges et les stratèges (Catulus, Gallus, Julius Fidus Aquila, etc...) et un certain nombre de signatures de poètes (Pardalas, Julia Balbilla, Arius, etc...).

Chronologie :
28 inscriptions sont datées de façon très précise, le plus souvent par les années de règne des empereurs, une fois par l'année du Consulat et 9 fois à la romaine
par le nom des Consuls. L'inscription qui porte la date la plus ancienne remonte au règne de Tibère ; la date la plus récente est du règne de Septime Sévère.

Nous avons choisi de mettre sur le site la traduction des inscriptions les plus claires et les plus complètes :

Inscriptions datées

Inscriptions non datées

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu