Traduction en français du papyrus Boulaq 6 du musée du Caire - Egypte de F1ADC

Aller au contenu

Menu principal

Traduction en français du papyrus Boulaq 6 du musée du Caire

 

(source : le papyrus Boulaq 6 - Bibliothèque d'étude - 1981 - Yvan Koenig - I.F.A.O.)

Les mots en gras n'ont pas été traduits et son écrit en prononciation traditionnelle.
Les six points (......) indique que le texte est illisible ou manquant.


RECTO II :
Autre formule, viens à moi celle qui est au Sud en tant que torche ! Son cœur se lamente alors qu’elle se tient au bord de la mer et elle se lamente chaque jour, chaque jour. Elle se lamente (au sujet de) son …… alors qu’il est abandonné devant elle et qu’elle n’a pas trouvé de bac pour le traverser. Viens à moi, viens et sauve-moi en ce jour. C’est moi Horus, l’enfant d’Isis, je suffoque et je ne peux plus parler (alors que) du feu sortait une flamme, Nout a dévoré ses enfants. Viens à moi, tu as été créé par le lotus …… Amon, Hr gn est son nom. Lie, lie la lèvre des cochons wrw. C’est moi Amon, qui fait verdir le gebel, je suis Rê qui s’est créé, qui a fait les naissances, Amon-Rê le roi des dieux. Je suis en colère, mon œil étant révulsé et les étoiles tombent sur la terre …… Thot le gardien, et je suis la Cuisse qui s’étend vers l’Occident. Viens à moi, Isis, la bonne mère, c’est moi Horus, ce solitaire, prête attention à celui qui lèvera ses deux bras vers toi. En ce jour, place son dos dans ton giron, et place ta main pour réciter une formule sur lui. Fais qu’il aille vers toi en ce jour, alors qu’il prend l’eau du ventre il est sur la rive éteint.

RECTO III :
Viens à moi, celle qui habite dans le pays des dieux ; son …… est dans le pays des vivants, la torche a flamboyé, la flamme a flamboyé, elle a fait des ravages. Viens et sauve-moi lorsque tu te sauves, donne mon souffle en même temps que ton souffle. Puisses-tu me sauver en ce jour (car) je suffoque. Viens, sauve le criminel de la forteresse, …… empêche qu’il ne se tienne devant ce tribunal. Viens, sauve Thot maître d’Hermopolis de Baba yaa, si tu ne me sauves pas en ce jour, alors on enlèvera Horus du giron d’Isis et on le traînera sur le sol. Elle se tient sur le xnt du champ de bataille, elle crie vers le ciel yaa ! waaw ! yaa ! waaw ! l’unique de sa mère, il n’est pas allé, l’unique de son père, il a été enlevé du giron de sa mère pour le traîner sur le sol. yaa ! Viens, sauve-moi en ce jour : je suffoque.
Autre formule du livre du mal de tête et de la migraine ainsi que de toute maladie et de tout mal qui vient pour assaillir un tel né d’une telle, de nuit, de jour, quelle que soit l’heure. Dehors ! Halte ! Ô mal de tête qui vient à l’intérieur du crâne d’un tel né d’une telle.

RECTO IV :
Je suis Ouret-Hekaou maîtresse de ton front, je suis sur la tête de mon père Rê pour qu’il donne le souffle ardent de sa bouche contre tout ennemi. Vois, ennemi de Rê-Hor-Akhty, je suis à ta poursuite pour te tuer et pour te trouver. Tu es dans la tête d’un tel né d’une telle. Sors de la tête d’un tel né d’une telle ! tu es terrassé par la grandeur de ma magie ink xr mdw ? ……raa. Tu as mangé les sept abominations …… Le grand dieu possesseur du livre de toute maladie parle contre toute heure qui est avec un tel né d’une telle. Ô cet ennemi, et tout mort, toute morte, toute maladie …… éloignez-vous de chaque membre d’un tel né d’une telle ou d’Horus à l’intérieur de Chemnis, le faucon dans son nid, blessé à l’œil elle se lamente à son sujet. Fuyez devant Isis ! Pour le donner à cet enfant ……

RECTO V :
Une voix a crié dans le ciel du Sud : Venin ! La voix d’Isis lorsqu’elle vint de l’extérieur. Ayant trouvé Horus mordu elle a Sali ses vêtements à cause de son impureté. Elle ouvrit les bordures désertiques pour empêcher l’eau d’atteindre les montagnes et les Aryou firent des Shashaiou. Ce que m’a dit le venin qui est caché dans le corps d’isis la magicienne « Tu es le fils du dieu issu du Noun » Lorsque le ciel a conçu les dieux, Amon a conçu les hommes en criant dans Héliopolis. Un grand cri sorti d’Héliopolis. Autre version : Horus est parti sur le désert, loin de l’Egypte, alors que le ciel était tempétueux et la terre s’obscurcit et il n’avait pas de messager avec lui pour qu’il l’envoie à sa mère Isis et il n’avait pas de bâton dans sa main sur lequel s’appuyer et il n’avait pas d’amulette (wdjaat) de cou qui lui fasse une protection de ses allées et venues sur le désert. « Ô celui qui peut

RECTO VI :
aller chercher Horus mon unique, alors qu’il est mordu sur le gebel et qu’il est loin de l’Egypte ». « Ah si j’avais une barque de pêcheur avec Isis, ma bonne mère, à son bord ; quelqu’un capable de le repousser, de ravir le souffle du nez, capable de dominer le désert ». Tombe dans le feu ô venin ! qui est monté dans ton cœur en tant que Bastet, car il est puissant qui est entré dans le ventre du nain et de l’homme. Sors ô poison ! Descends Bastet du ventre du nain et de l’homme, du corps d’un tel né d’une telle. Si tu ne sors pas de ton cœur, Bastet, hors du corps d’un tel né d’une telle, j’empêcherai que soient décernées des louanges à tous les dieux et déesses le jour de la première fête du disque solaire, de l’homme

RECTO VII :
et de son ennéade. Voilà, sors ! le poison descends, le poison qui est dans le cœur de Rê, qui est dans le cœur du nain de l’homme, dans tous les membres d’un tel né d’une telle. Quant à n’importe quelle heure où il se répandra dans les membres d’un tel né d’une telle, j’empêcherai que l’on …… le corps, alors que l’on détruit le corps et la grande âme d’Apophis. J’enlèverai les oudjats à leurs maîtres. Si tu ne sors pas des membres d’un tel né d’une telle, j’empêcherai que l’on dise ton nom à cette veuve de Coptos qui était assise, attendant de pouvoir traverser le fleuve, sa mèche de cheveux posée devant elle, le soleil se couchant chaque jour sur elle alors qu’il n’y a personne pour la traverser. Sa voix crie vers le ciel et il n’y a personne pour répondre, j’empêcherai que soit dit le nom des 7 Bès et des 7 chattes.

RECTO VIII :
Que se réjouissent les 365 dieux qui sont à ta droite et à ta gauche. Quant à la venue que tu as faite auprès de ta mère au cœur de la nuit tu danses avec ta patte, tu es bien portant jusqu’à ta queue. Je remplirai en trayant sept jarres de lait et je les verserai dans ta bouche alors que tu passes la nuit dans une couverture de peau. Tu es comme un très jeune bœuf noir lui-même, tu es allaité, ton ventre est comme celui de Hesat. Ton apparence est noire, ton oreille est ronde et tes yeux sont larges. Ecoute la parole qu’a prononcée Amon. Fais que je prononce ton nom Amon pour te glorifier à la place d’un tel né d’une telle. De même qu’il a accordé une faveur, de même on lui témoignera de l’amour, et je ne dirais pas cette venue que tu as faite de Nubie tard le soir, Istrsk. Viens

RECTO IX :
Amon ! la liste des noms d’Amon et leurs noms apaisent ce sien nom. Leurs bâtons daa dans leurs mains apaisent le nom d’Amon, les sandales de leurs pieds apaisent le nom d’Amon. La belle armée d’Amon passe la nuit à dormir. Leurs armes disent chlm, Amon passe la nuit à dormir, son arme dit chlm. Un tel né d’une telle, qui élèvera sa main dit chlm, son corps dit chlm, sa cuisse dit chlm, son arme dit chlm, son wr dit chlm, toute sa chair dit chlm devant un tel né d’une telle. Certes ! c’est en tout lieu qu’il désire qu’il les fait pénétrer en ce jour, alors que les sept faucons de Thot sont assis sur son épaule et Amon-Rê le roi des dieux est assis sur sa tête. Isis est déployée sur le dos et Nephtys est déployée sur son arrière-train. Itrsg l’entoure de tous ses côtés pour le faire pénétrer en eux, pour faire pénétrer son corps, pour faire pénétrer sa cuisse etc…

RECTO X :
…en ce jour. Si celui qui est ici lève son bras contre lui en ce jour, je ferai que se dresse contre lui la grande déesse née dans un noble ouadi, dont le cou est puissant en souffles, dont l’œil inspire la crainte. Il dit son nom : flamme brûlante est son nom ; elle embrase les montagnes, une grande flamme sortira de sa bouche, alors que son corps est en sueur. Quant à ceux qui élèveront la voix pour parler, qu’ils s’arrêtent ! qu’ils écoutent la parole du dieu ! Certes, quant à moi, je suis l’enfant, je suis ton enfant Horus, je suis le rejeton d’Isis et je ne dis pas les sept paroles qui reposent sous les pierres de la vallée, les pierres de la vallée sont sur elle. Ce sont ces 7 Shepesyts qui diront les formules. Ô ceux qui sont sortis entiers du pays d’Occident, leurs visages tournés vers Abydos, pour s’emparer du corps d’Osiris. Malheur à Horus ! Ils sont en colère à l’intérieur des ventres, les taureaux ne copulent pas. Ils sortent, leurs cœurs en colère dans leur for intérieur. Ils poussent un cri pour nuire à

RECTO XI :
un tel né d’une telle. Alors qu’ils l’insultent par leurs bouches, qu’ils s’arrêtent ! Qu’ils écoutent la parole du dieu ! Puisse-t-il advenir qu’ils agissent ainsi et qu’ils soient tous dans une peau de chevreau car c’est la peau du dieu …… j’ai ouvert ma mère pour dire le nom d’Amon. Certes, je l’ai dit, et leurs visages sont frappés. Le Venin dit : « j’ai peur dans mon cœur après qu’ils aient coupé le ventre pour le porter à leurs bouches ». Certes, si je le dis, alors les taureaux ne copuleront plus, on ne concevra plus d’enfants, les bateaux ne navigueront plus vers le Nord ou vers le Sud, le vent ne soufflera plus et les oiseaux ne déposeront pus d’œufs dans leurs nids. Certes, je me suis emparé du sbaa de cuivre et je ne dépose pas ses provisions dans la main d’Amon, je ne dépose pas …… dans les cercueils d’aucun dieu en personne, jusqu’à ce qu’ils se hâtent pour écouter ce que j’ai dit. Pour faire en sorte qu’ils se purifient la bouche pour lire une protection unique et prononcer le nom d’Amon. Prononcer le nom d’Amon, le primordial des deux terres et des dieux : « Salut à toi, celui qui est issu du Noun, l’enfant divin, rejeton glorieux dans le temple. Salut à toi image enfantine d’or dont les cheveux sont en lapis-lazuli véritable «  Ô messager des 365 dieux ! Ô ceux qui nuisent à un tel né d’une telle, tu ne seras pas

VERSO I :
contre moi. Tu n’auras pas pouvoir sur moi. Certes ! si tu es venu pour avoir pouvoir sur moi, je ferai que se dresse contre toi ce dieu redoutable dont je prononcerai le nom : « Sang-issu-de-la-brebis » Ô sang issu de la brebis ! Halte ! soumets-toi pour faire ton devoir, combats pour un tel né d’une telle en ce jour. Certes, il ne sera pas contre moi mais contre toi.

VERSO II
:
Tu es Isis, la grande, la mère du dieu.


 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu